I. Le rachat par endettement des laboratoires de biologie médicale français : vrai danger ou réelle opportunité de développement? —Trailer—

game-of-thrones-three-eyed-raven-corneille-a-trois-teux-600x375

I. Trailer

 

En l’espace d’une décennie, près de la moitié du capital des laboratoires de biologie médicale (LBM) français a changé de main. Auparavant détenu par des professionnels de santé libéraux, qui possédaient le capital attaché à leur outil de travail, celui-ci est progressivement passé sous le contrôle de sociétés de fonds privés de capital-investissement (private-equity), spécialisés dans le rachat par endettement (leverage buy out, dit LBO, acquisition avec endettement à effet de levier) de sociétés non cotées en Bourse, en quête de financement alternatif au secteur bancaire traditionnel pour se développer ou être transmises.

Ce phénomène s’est particulièrement amplifié depuis 2010 dans le secteur des laboratoires de biologie médicale en France par une conjonction macro-économique extrêmement favorable : « marché » morcelé, consolidation du secteur rendue possible par la législation -malgré l’opposition des syndicats représentatifs de la profession- assouplissement législatif, accréditation qualité, baisse tarifaire…, mais aussi du nombre élevé de biologistes libéraux cédants potentiels (du fait d’une pyramide des âges favorable), et des taux d’emprunts extrêmement bas.

En face, les fonds de Private Equity dont les plus grands noms sont Blackrock, KKR, PAI Partners, Cinven, CVC, …

Inondés de capitaux ces dernières années (1500 milliards de dollars à investir dont la moitié sur la niche du rachat par endettement (LBO)), ils se sont progressivement substituées aux banques après la crise financière de 2008 dans leur rôle de prêteurs auprès des entreprises privées. La promesse d’un taux de rendement initial de 10% à 20% – lorsque la Bourse ne produit que 7%- a logiquement entraîné un transfert mondial massif de liquidités des marchés de capitaux-actions vers ces fonds de placement.

Ces fonds de capital-investissement sont spécialisés dans le rachat par endettement ou effet de levier de sociétés non cotées en Bourse, en particulier des PME dit « mid-market » en Europe et à l’international.

Le rachat d’entreprise par effet de levier consiste à racheter une entreprise au travers de la dette et pour une part marginale de fonds propres, via la création d’une holding détenue par le fond. La dette de la holding est ensuite remboursée grâce aux remontées de dividendes provenant de la société cible et bénéficiant du régime de l’intégration fiscale mère-fille. Outre l’aspect financier, juridique et fiscal, le levier opérationnel est orienté vers la maximisation de la performance économique de la société cible en l’incitant à dégager le maximum de marge et de cash-flow, tout au long de la période au cours de laquelle le fond est présent au capital de la société.

Dans la catégorie de la santé, le marché européen du « Private Equity » connait un grand dynamisme, dans un contexte où la législation peut évoluer en leur faveur sur le terrain des professions libérales et réglementées. Les liquidités massives apportées  permettent par conséquent le rachat concurrentiel d’entreprises de « services médicaux » à fort potentiel de croissance ou de gain de productivité, encore relativement fragmentés, essentiellement laboratoires de biologie médicale (Labco/Synlab, Cerballiance, Biogroup LCD…), mais aussi cliniques privées (Ramsay Générale de Santé, Elsan). Les investissements financiers dans le secteur de la santé sont en effet  particulièrement attractifs, car considérés dans le milieu financier comme particulièrement sûrs, stables (non-cycliques) et rentables, puisque, outre le fait que la maladie ne connait pas la crise, la « solvabilité du marché » est garantie en France par la Sécurité Sociale.

Face aux contraintes budgétaires imposées, les différents gouvernements en France n’ont pas voulu ou su réglementairement limiter ou encadrer cette évolution, espérant bénéficier de gains d’efficience au travers de la concentration de ces acteurs, des investisseurs privés agissant à leur place pour créer une activité qualitative avec de gros volumes autorisant la baisse de tarifs.

Que ces investisseurs privés acceptent de prendre le risque financier de cette concentration en générant une bulle financière et des plus-values démesurées pour les retrayants leur est apparu probablement secondaire au regard des perspectives de rationalisation et de consolidation de l’offre.

********************************************************************************************

Ce formidable catalyseur de concentration et de restructuration a-t-il provoqué l’endettement massif des laboratoires rachetés ?

Peut on le mesurer objectivement aujourd’hui (nombre d’acteurs, niveau d’endettement) ? 

A-t-il entraîné la formation d’une bulle spéculative dont le témoin le plus évident est la flambée spectaculaire des prix d’achat proposés aux laboratoires de biologie médicale depuis 2017, induisant une distorsion de concurrence entre les fonds capables de lever plusieurs centaines de millions d’euros sous forme de dette et un professionnel de santé limité par son emprunt bancaire personnel ?

Est ce au contraire une formidable opportunité de développement économique ?

Existe-t-il un risque de défaillance systémique, notamment en cas de remontée des taux d’intérêt ou de nouvelle crise financière ? Quelles peuvent en être les conséquences en terme d’organisation sanitaire ?

Quels sont les choix qui s’offrent aux acteurs concernés ?

Pour tenter de répondre à ces questions de manière éclairée, un exposé détaillé des faits s’avère aujourd’hui indispensable.

Le sujet, étroitement lié à l’industrie financière, est relativement complexe à appréhender, c’est donc sous forme de courts articles successivement publiés tout au long des semaines à venir, qu’il sera exposé via ce blog.

To be continued…

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s